Dans l'intimité de Gwenaëlle Peslin

 

Je rentre par un petit portail grisé par le temps. Il est là, ouvert, me lançant une invitation à entrer, à pénétrer dans cet espace sacré. Le printemps audacieux a déjà laissé éclore quelques fleurs. Ces touches de couleurs égayent la monotonie du jardin d'hiver. Sous la terre, l'énergie des racines bouillonne. Nous sommes chez Gwen !

Elle m'accueille avec un large sourire, les yeux amoureux et rieurs, ses bras grand ouverts de mère au cœur léger. Cette grande et belle femme à l'allure élancée et au pas décidé pourrait porter le nom de Gardienne de la Terre.

 Rouge, orange, violet, ces couleurs enveloppent toute sa maison, tous ses habits, tout son être. Elle me confira plus tard, pendant l'interview, que ce sont les couleurs qui la font vibrer. Elles l'accompagnent depuis son envol, sa prise de liberté.

Elle m'accueille avec son plus grand fils et nous mangeons un délicieux repas confectionné par ses soins. La chaleur du foyer, la beauté et l'originalité des plats, la fraîcheur d'un jus de légumes, la présence calme de ces deux êtres me plonge dans un état de détente, d'harmonie et de simplicité.

 

Je sais, je sens que mon intuition était bonne, je suis au bon endroit, au bon moment.

 S'enraciner

 

Gwenaëlle est née en Normandie, dans la Manche plus exactement. Enfant, elle se remémore une profonde connexion avec la nature. Elle aime s'y promener, flâner, cueillir des fleurs, explorer. Ses parents lui laissent la responsabilité du fleurissement de la maison. Ses activités sont rythmées par la nature. Vacances de février : semis. Vacances de Pâques : repiquage, mise en godet... Elle prend sa fonction très à cœur et s’enrichit d'un savoir théorique et pratique en lien avec le végétal. A cette époque elle aime aussi cuisiner. Régulièrement elle se charge du repas familial, du choix de la recette à son élaboration en passant par les courses. Elles s'amuse, elle crée, elle expérimente. Enfant, la joie de concrétiser ses aspirations est déjà très présente. Elle va au bout de ses idées et cette détermination, ce besoin de concret, est une de ses belles qualités.

 

La confiance que ses parents lui ont accordée à sûrement joué un rôle essentiel dans la construction de sa personnalité. Très vite, à la sortie de ses études, Gwen sait que son chemin est au cœur de la nature et à son service. Elle part vivre en caravane et devient animatrice nature. Mais ce n'est qu'un début. Poussée par une irréprochable envie de vivre jusqu'au bout ses aspirations, elle entend l'appel d'une terre toute particulière, au cœur des Cévennes.

Avec son compagnon de l'époque, ils achètent de vieilles terrasses abandonnées depuis une centaine d'années. La vue est grandiose. Coup de cœur !

Les friches auront raison de leur motivation et du cœur qu'ils mettent à l'ouvrage. En neuf mois, leur maison est construite. Bien sûr, avec le temps, elle bénéficiera de quelques aménagements, consolidations et améliorations, mais le principal y est. La cuisine extérieure surplombe le terrain. Le lien entre intérieur et extérieur est très fin, presque invisible. En moins d'un an, ils deviennent autonomes en légumes et en eau de source. Ils travaillent uniquement avec des outils manuels et quelques amis viennent leur prêter main forte lors de chantiers collectifs. Pour Gwen, c'est la période de sa vie où elle a été la plus en phase avec ce qu'elle est. Tous ses actes du quotidien ont un sens et sont directement reliés avec ses besoins du moment : manger, boire, s'habiller, s'abriter, contempler la beauté, respirer de l'air pur, partager des moments de fraternité...« J'éprouvais une jouissance extraordinaire à sentir mon corps vivant, puissant, connecté à la terre. Le matin, quand j'allais me laver dans l'eau froide, j'étais en joie. »

Cette communion avec la nature, comme elle ne l'a jamais vécu, lui offre une énergie impressionnante. « J'étais dans une sorte d'hyper-énergie. Je me sentais puissante. J'aimais monter et descendre les pentes arides de notre terrain. Je me sentais forte". A ces mots, je me fais la remarque que Gwen était peut-être devenue une femme montagne, indestructible. Elle avait intégré les qualités de son environnement. Elle m'en donne son interprétation quelques minutes plus tard : « Quand tu poses le pied dehors, au petit matin, tu as tout qui est là. Tu n'es pas coupée de la nature. Elle devient une extension de toi-même ». En entendant ces mots, je me dis que les petites pilules de gingembre ou les extraits de gelée royale ne rivaliseront jamais avec la nature. Quelques petits cachets pris le matin, dix minutes de bol d'air, un footing de fin de journée ne remplaceront jamais une vie connectée avec notre environnement naturel.

A la question : « Pour toi la nature c'est quoi ? » Gwen me répond : « La nature c'est la beauté, la source, c'est tout, c'est nous ».

Offrir ses fruits

 

Après dix années cévenoles, Gwen ressent le besoin de passer à autre chose. Elle a envie de plus de douceur, d'humidité, d'arbres. Elle sent naitre en elle le désir de transmettre, d'accompagner des personnes. Elle part alors avec ses trois enfants, nés entre temps à domicile, s'installer dans le centre de la France, en Limousin.

 Elle trouve sa maison, son lieu, avec une grande facilité. Certains parleraient de concours de circonstances, d'autres de synchronicité. Le résultat est que tout coule de source. Le lieu est magique, moins grandiose mais plus confortable, plus « facile » et c'est ce qu'elle voulait.

Elle y installe sa famille, commence par le potager, comme à son habitude. Comme si planter ses légumes lui permettait de s'enraciner elle-même.Elle met en place son quotidien fait de cueillettes sauvages, de jardinage, de soin aux animaux, de cuisine savoureuse, de tricot entrecoupé de balades forestières et de tisanes chaudes ou rafraichissantes.

C'est en compagnie de son nouveau compagnon qu'elle rénove les bâtiments pour proposer des stages en co-évolution quantique. Ensemble, ils accompagnent les personnes désireuses de mieux communiquer avec la nature, avec les autres et finalement avec eux-mêmes. Jean-pierre assume la partie théorique et Gwen l'accompagne pour la pratique.

 

Pourquoi t'es-tu tournée vers cette approche ?

 

« J'avais le désir d'approfondir mon lien à la nature et aux lieux. J'avais cette envie mais aussi des craintes, je ne voulais pas me perdre dans quelque chose de « perché », je voulais des résultats concrets, tangibles. J'ai traversé énormément de peurs, de résistances, de « je laisse tomber tout ça », de fausses croyances et d'attentes. J'avais le sentiment d'échouer car je cherchais dans une direction qui ne me correspondait pas, ça me mettait en colère . Je sentais néanmoins que ce travail intérieur était nécessaire et que « quelque chose » se mettait en place. Jusqu'au jour où le message est devenu clair : fais toi confiance, fais confiance en ton intuition. Je me suis rendue compte que je cherchais un aval extérieur mais la réponse était intérieure. »

En écoutant son histoire, j'ai le sentiment qu'elle est revenue à son point de départ. Je me demande – et le lui demande- à quoi lui a servi tout ce chemin qui à eu l'air difficile. Elle m'éclaire : «  Oui, je me suis rendue compte que finalement je fonctionnais déjà avec mon intuition avant. Mais maintenant, je la connais, je peux l'utiliser comme un outil, consciemment. Je sais faire la différence entre la voix de mon mental et celle de mon intuition. Je sais que tout ce travail a été nécessaire pour arriver à ce résultat. J'ai eu les réponses que je cherchais ».

 Aujourd'hui, Gwen utilise son intuition dans son travail mais aussi dans sa vie privée, notamment avec ses enfants, dans la sortie de situations de blocage ou dans l'écoute des émotions. Elle en a fait un outil puissant au service de son âme et de son idéal : construire un monde de paix.

 L'essence d'une fleur

 

La vie de mon hôte me parait exaltante, riche, incroyablement riche. J'ai l'impression d'avoir une guerrière invincible en face de moi. Pourtant, elle me confie en fin d'interview une des périodes la plus difficile de sa vie. Atteinte de la maladie de Lyme, elle expérimente la fragilité du corps et la prise de conscience de sa puissance éphémère. Elle goûte à l'état dépressif qu'elle ne pensait jamais explorer. Elle comprend cet état où il n'y a plus rien, plus d'envies, plus d'énergie.Au cœur de cet hiver de l'âme, ses enfants, son noyau, son essentiel, lui donnent la force de sortir de ce chaos physique et mental. La puissance de l'amour...

Elle fait de cette expérience « négative » un profond enseignement de vie et comprend que les phases ou les émotions difficiles sont faites pour être acceptées, accueillies, investies pleinement et que la clé réside dans le fait de se laisser traverser. « Dans ces moments, il est essentiel de se poser la question : « Quels bénéfices secondaires je tire de cette situation ? » Si nous passons à côté de cette question et de ses réponses, nous risquons de rester empêtrés dans la situation qui peut nous conduire jusqu'à la maladie ou la mort ». Elle rappelle qu'un accompagnement peut être utile, voir vital à ce moment là. Son parcours, son humilité dans sa transparence me remplissent de gratitude. Je ne crois pas au mythe du super-héros ou de la super-héroïne. La simplicité d'une personne à admettre ses points faibles contribue, selon moi, à l'acceptation collective de notre humanité imparfaite. Merci Gwen !

Pour cette femme colorée de plus en plus connue et reconnue, l'essentiel est et restera toujours ses enfants, son foyer, son jardin, bref, son quotidien. « Les enfants nous permettent d'explorer d'autres points de vue. Ils ont tant à nous apprendre. Vivre en tribu c'est un merveilleux moyen de grandir en humanité pourvu que ce soit fait en conscience. » Son centre, son essence, sa force, elle les trouve dans ce que la plupart des gens cherchent à fuir et qu'ils appellent routine. Pour elle, l'enjeu de la vie, ce que l'on peut aussi appeler spiritualité, c'est d'enchanter son quotidien, d'y mettre du sens et du plaisir. Pour elle, les mots « quotidien » et « je m'éclate » ne devraient pas être séparés, tout comme « matériel » et « spirituel ».

 

Son mantra : « jouir pleinement de la matière avec conscience ».

 

« Je pense qu'il est urgent de transformer la croyance « je n'ai pas le temps » en l'acte « je prends le temps. » Pour accompagner celles et ceux qui se sentent appelés par ce message, elle créera bientôt le blog « Les enchantements de Gwen » sur sa plateforme « Enchante et sens ». La féminité fait également partie de ses centres d'intérêts. Elle accompagne des femmes en chemin dans la construction de leur identité. Pour Gwen, la conjugaison des archétypes de la Mère, de la Femme et la Nature sont à équilibrer pour devenir une femme épanouie.

Son rêve est de sentir les balbutiements de la construction d'un monde de paix. Elle ne croit pas trop qu'elle le connaitra de son vivant. Elle aimerait se sentir pleinement confiante sur le chemin que prend l'humanité. Pour elle, cela passera forcément par une réconciliation avec la nature. Elle sait, que toute seule, dans sa bulle, elle trouvera le bonheur et la paix intérieure mais elle sait aussi qu'elle, ses enfants, l'humanité, seront rattrapés par le changement climatique et ses grands bouleversements. Alors, elle œuvre, à sa manière pour changer de paradigme mondial. Elle diffuse son parfum de fleur sauvage et laisse trainer quelques mélodies intuitives qui, peut-être, arriveront jusqu'à vos oreilles... restez attentifs !

 Les conseils de Gwen :

 

Rituel nature :

Va dehors, dans la nature. Choisis un endroit qui t'attire, assis toi en silence. Écoute en toi, ce qui se passe, reste ouvert. Puis laisse sortir un son, comme il vient, écoute-le. Reviens en silence et ressens ce que sa vibration fait éclore en toi.

 

Comment différencier l'intuition du mental ?

Il n'y a que l'expérience dans la pratique qui te permettra de distinguer ton intuition de ton mental. Il faut se lancer. Quand tu penses avoir une intuition, essaye et vois le résultat que ça t'apporte. Écoute à l'intérieur de toi si le résultat te paraît juste au-delà de ce que tu pensais, projetais, espérais, au-delà du mental.

 

Retrouvez Gwen sur https://www.enchante-sens.com/

Sur sa page Facebook : Gwenaëlle Peslin

Et retrouvez les dates de stages en co-animation avec Jean-Pierre sur www.esprit-de-la-nature.fr/